Avec une certaine constance…

Engagé depuis 20 ans avec les exclus, les sans-voix, les immigrés, les SDF… mais aussi contre le néolibéralisme et pour une redéfinition de la gauche, « Politis » continue d’assumer une lecture humaniste, sociale et écologiste.

Denis Sieffert  • 24 janvier 2008 abonné·es

Dissipons d'abord une confusion assez communément entretenue : Politis est-il un journal d'opinion~? Oui, bien sûr. Mais quel journal ne l'est pas~? Qui oserait affirmer que l'Express ou le Point , ou l'Obs , pour citer de grands anciens, ne diffusent pas des opinions~? Que leurs articles sur les États-Unis de George W. Bush, sur un quelconque traité européen, ou sur Nicolas Sarkozy, ou sur les grèves des cheminots ou des enseignants ne reflètent pas une certaine pensée politique~? Personne n'oserait prétendre que ces confrères sont doués d'une neutralité virginale. Et pourtant, une insidieuse distinction continue d'entretenir le mythe d'une presse qui serait d'opinion, et d'une autre qui serait d'information. La première évidemment moins crédible que la seconde. On aimerait tant nous faire passer des opinions médiatiquement dominantes pour de l'objectivité !

Manifestation lors de la marche d’ouverture du Forum social mondial de Bamako, le 19 janvier 2006. KSIAZEK/AFP

Cette mise au point n'est pas inutile. Mais,depuis que ce journal existe, certains événements ont dessillé les yeux de l'opinion. La campagne du référendum européen de 2005 a agi comme un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 9 minutes