La guerre chimique contre les Farc

Comme jadis au Vietnam, les États-Unis et leur allié Alvaro Uribe utilisent des défoliants pour détruire la forêt et repérer des rebelles en perpétuel mouvement.

Les deux otages libérées par les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), Clara Rojas et Consuelo Gonzalez, ont expliqué qu'elles avaient marché vingt jours avec les guérilleros pour parvenir à San José de Guaviare, où les hélicoptères de Hugo Chavez les ont recueillies. Le petit groupe venait sans doute des rives du Rio Macaya, au sud. Cette longue marche, toujours effectuée à couvert, rappelle que la forêt colombienne est un enfer et que les Farc, dont les installations et le quartier général…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents