Le jour de l’Aïd à Gaza

Médecin, Christophe Oberlin a effectué une quinzaine de missions dans les territoires palestiniens occupés. Il raconte l’attaque d’El Maghazi dont il a été témoin, le lendemain de la fête du mouton, fin décembre.

Le jour de l’Aïd, on tue un mouton par famille ou une vache pour cinq familles, quand on en a les moyens. ABED/AFP La vache se redresse péniblement. L'incision était bien placée, mais le couteau un peu trop court pour être pleinement efficace. Celui qui pratique le sacrifice, en ce jour de l'Aïd, est un gynécologue obstétricien spécialiste de fécondation in vitro. Deux de ses frères, l'un électronicien, l'autre chirurgien réputé, sont là, avec leurs enfants. Tous contemplent le spectacle, sans compassion…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents