Le monde en 2008

Ce sont des lignes qu’il faut écrire sans relire celles que l’on a écrites dans les mêmes circonstances de calendrier un an auparavant. Les vœux sont toujours pieux et répétitifs, ce qui ne les empêche pas d’être sincères. Ils sont avant tout un témoignage d’amitié. Ce sont ces vœux-là, de bonheur personnel, que je vous adresse à vous tous, lectrices et lecteurs, au nom de notre équipe. Autant que cela est possible dans un monde rude et injuste. Car pour le reste, nous laisserons de côté, incrédules que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents