Le sourire du passeur

Dans « Train de nuit », une femme et un homme conjuguent différentes formes de violence dans un décor à couper le souffle, où les machines industrielle et judiciaire asphyxient le paysage et les individus.

On imagine un film-trajet, contenu dans un wagon, jouant sur le huis clos, le « toc » des rails, les images défilant par la fenêtre... Mais le premier plan de Train de nuit est pris de jour, dehors, sur une route enneigée. Une femme marche, de dos. Court presque. Comme si elle s'échappait... La scène suivante n'a rien à voir : dans une gigantesque salle-hangar, bétonnée, jalonnée de strapontins en plastique, des hommes regardent des femmes assises le long du mur d'en face, une vieille rengaine en musique…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents