L’effet Frankenstein

En 1973, Victor Erice réfléchit les énigmes du monde dans le regard d’une fillette.

Le monstre de Frankenstein jette la petite fille à l'eau, comme les fleurs qu'ils avaient fait flotter ensemble auparavant. « Pourquoi l'a-t-il tuée ? », demande aussitôt Ana à sa soeur aînée. C'est la question clé de l'Esprit de la ruche , de l'Espagnol Victor Erice, où la projection de Frankenstein dans un village de Castille, vers 1940, sert de caisse de résonance à l'initiation d'une fillette. Et où la stupéfaction de cette fillette sert de réflecteur aux questions du monde. Ana, 7 ans, incarne l'heure…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents