Rapports Est-Ouest

Le roman d’Yves Ravey, « Bambi Bar », joue avec
les apparences.

On peut considérer Bambi Bar comme un roman policier. Bambi Bar , c'est 81 pages non saturées de signes, trois lieux où se déroule l'action ­ un dancing faisant aussi peep-show (le dénommé Bambi Bar), un appartement dans l'immeuble d'en face et une gendarmerie ­, presque aucune violence, pas de meurtre : une sorte d'épure. Que n'a-t-on écrit sur ce que devait être l'atmosphère d'un polar, et dont Bambi Bar semble fort éloigné. Pourtant, dès les premières pages du roman d'Yves Ravey, le narrateur, Léon, est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Au lycée, le SOS des SES

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.