Alain Robbe-Grillet

Le cliché est sous toutes les plumes: le «pape» du Nouveau Roman est mort. Le pape? Non, le diable! Le diable, tant il fut détesté en France, sans doute à cause de l'assurance hautaine, ponctuée souvent de son rire sardonique, avec laquelle Alain Robbe-Grillet renvoyait par-dessus tête tous les poncifs, toutes les idées reçues, tous les conforts de la littérature. Robbe-Grillet, mort à 85 ans dans la nuit du 17 au 18 février, était un organisateur, un chef de meute, un combattant. Dans les années 1950,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents