De source antillaise

Morceaux anciens pour voix et tambours aux journées Caraïbes de la Cité de la musique.

À la source de la plupart des musiques antillaises modernes, on trouve des voix et des tambours qui se répondent. La voix, c'est tout ce qui restait aux esclaves ; le tambour, c'est ce qu'ils ont pu reconstruire pour redonner vie à des corps déshumanisés. Sur cette base, d'autres formes musicales furent inventées qui, bien vite, conquirent le monde. Les pratiques anciennes, chants de travail, chants de veillée, soirées de danse n'en disparurent pas pour autant, même si les instruits y attachaient encore la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents