Fidel, au tribunal de l’histoire

Les procureurs sont si nombreux qu'il faudrait bien plus que cette modeste page pour réexaminer équitablement le cas de Fidel Castro. En outre, nous n'avons pas envie ici de défendre l'indéfendable : l'emprisonnement d'intellectuels et de journalistes, la persécution des homosexuels, la peine de mort, la crispation progressive du régime et, pour tout dire, sa stalinisation. Si l'on ajoute au tableau les aspects tropicaux qui, chez nous, prêtent facilement à la raillerie ­ le paternalisme, les discours de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents