(La Fabrique des sentiments) La nouvelle Éloïse

Dans « la Fabrique des sentiments », Jean-Marc Moutout met en scène les désarrois amoureux dans nos sociétés modernes et déstructurantes. Un film politique, à sa manière.

Jean-Marc Moutout a de la suite dans les idées. Il est encore trop tôt, alors que son second long métrage de fiction sort sur les écrans, pour affirmer que les bases de l'oeuvre à venir sont en train d'être posées, là, devant nous. Tout de même, en deux films, une cohérence s'esquisse, qui est loin d'être une répétition. Car de Violence des échanges en milieu tempéré, son premier long, à la Fabrique des sentiments , on constate aussi une évolution vers une plus grande prise de risque esthétique. Violence…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents