Le marin des terres

Dans « Capitaine Achab », Philippe Ramos imagine une partie de la vie du personnage de « Moby Dick ». Mêlant la légèreté du conte et une liberté poétique peu courante.

Capitaine Achab. Le même ? Celui de Moby Dick ? Oui oui, le même. Tel qu'on ne le connaît guère, cependant. Le deuxième long métrage de Philippe Ramos n'est pas une nouvelle adaptation du roman ultramarin de Melville, après celle de John Huston (1956). D'ailleurs, c'est à peine si on voit la mer, dans Capitaine Achab . Le générique précise : « librement inspiré de l'oeuvre d'Herman Melville, Moby Dick ». Capitaine Achab est le résultat d'une rêverie de lecteur. Celle qui nous prend au détour d'une page,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents