Succession

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Elle (11 février) propose une visite du « marché Windsor de Neuilly-sur-Seine » . « Une petite halle où le prix des clémentines "Toi et moi" suffirait à renflouer la Société générale ! » Mais en pleine campagne entre les étals, à l'heure où David Martinon était encore de la partie, les reporters du magazine n'avaient d'yeux que pour un de ses colistiers, Jean Sarkozy, sa « crinière blonde » , ses « lèvres charnues » , sa « dégaine de bonne famille » . Mépris pour les journalistes, même intonation que papa. « Rodé comme un gamin qui "a commencé à faire campagne dès 3 ans". » Il a fait fort depuis, flinguant David Martinon du haut de ses 22 ans pour monter, avec d'autres, à l'assaut de la mairie conquise par son père à 28 ans. Le fait du roi ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.