Aller mourir ailleurs

Chantal Sébire le savait: le tribunal de grande instance de Dijon risquait de rejeter sa demande d'euthanasie. Cette décision a été confirmée le 17mars, au motif que la requête de cette femme de 52 ans atteinte d'une tumeur incurable et extrêmement douloureuse s'opposait au code de déontologie médicale, selon lequel «le médecin n'a pas le droit de délibérément donner la mort» , et au code pénal, qui condamne l'assistance au suicide. Le 14mars, Mme Sébire avait affirmé que, si elle ne pouvait pas se…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents