Au nom de la loi…

Loi sur le racolage passif, projet de pénalisation du client : les structures de prévention réunies pour les Assises de la prostitution le 21 mars s’insurgent contre les dispositifs répressifs qui renforcent l’exclusion et la clandestinité.

Vinq ans que la loi fait des ravages. Promulgué le 18 mars 2003, le volet de la loi Sarkozy sur la sécurité intérieure, texte pénalisant le « racolage passif », n'a cessé de déclencher les foudres des associations de prévention. Dès l'automne 2003, celles-ci dénonçaient ses conséquences en termes de précarisation des prostitué(e)s qui, poursuivi(e)s, ont quitté les centres pour les bordures des villes, les routes nationales, les bois, les forêts... de plus en plus loin de la rue, donc des réseaux de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Comment l’État a flingué l’usine qui fabriquait ses masques

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents