Bona l’alchimiste

Le bassiste et chanteur Richard Bona, en tournée jusqu’à fin mars, signe un nouveau disque riche d’influences camerounaises, antillaises, jazz et souls.

Ce qui distingue le plus le récent disque de Richard Bona, enregistré sur le vif à Budapest, de la mièvrerie ordinaire des variétés africaines mondialisées, aux mélodies banales et aux rythmes anémiés, c'est qu'il possède ce que l'on pourrait appeler du caractère : des compositions bien tournées ; une assise rythmique rebondissante, souple et dynamique ; un son d'ensemble efficacement construit et tranchant. Son répertoire n'est pas uniforme : on y entend l'influence des musiques camerounaises, des airs à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents