D'Annapolis à Gaza

Et voilà Condoleezza Rice au Proche-Orient, appelant, comme si de rien n'était, à la « reprise des négociations israélo-palestiniennes » ! Jamais sans doute la prose diplomatique n'a été plus éloignée de la réalité palestinienne qu'en ces premiers jours de mars 2008. Pendant que la secrétaire d'État américaine invoque le processus de paix d'Annapolis, les habitants des camps de Jabaliya et de Khan Younis, eux, comptent leurs morts. Après cinq jours d'enfer, les survivants émergent des ruines de leur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents