Des Vélib’ pour les beaux quartiers

Patrick Piro  • 6 mars 2008 abonné·es

Vélib’ côté cour, c’est «marche ou crève, le code du travail est totalement bafoué» , explique Thibault Prenez. Licencié en novembre dernier (en conciliation début mars) du service d’entretien Cyclocity de JCDecaux, où il montait une section du syndicat Solidaires, il raconte la face peu reluisante de la gestion au quotidien du parc de vélos parisiens: personnel mal équipé, harcelé par des «petits chefs», viré pour des motifs remontant à plusieurs semaines, trimbalant des sacoches de 25 kilogrammes de matériel de dépannage sur des vélos sans assistance électrique, «contrairement aux promesses» , etc. La régulation du nombre de vélos dans les stations ne se fait pas aussi naturellement que prévu, et le personnel est en surchauffe. «On passe notre temps à sillonner Paris.» Avec des camionnettes qui laissent plus qu’à désirer, selon Thibault Prenez: sans feux de recul ni frein de remorque, manquant de puissance pour leur charge, etc. Et des consignes de régulation pour le moins curieuses: «On a instruction explicite de remplir prioritairement les stations du quartier où le patron va déjeuner, ainsi que certains arrondissements ­VIIe, VIIIe, XVIe et XVIIe côté beaux quartiers, ainsi qu’autour de l’Hôtel de Ville, surtout en fin de semaine! Et ordre de ne plus prendre aucune initiative personnelle, même en cas de déséquilibre flagrant de stations le long de nos parcours.»

Dernière invention: faire tourner les camionnettes la nuit, à raison de 8 chargements par manutentionnaire, soit 3,5 tonnes par période. Bref, une vraie charge contre la gestion de JCDecaux, dont la mairie de Paris semble avoir pris conscience. «Quatre directeurs des relations humaines virés en quelques mois, c’est voyant!»

Quant aux vélos, il est admis qu’environ un tiers est en réparation. «Les dépôts en sont pleins. Après les chaînes et les paniers, ce sont les moyeux qui rouillent et cèdent, avec le temps pluvieux. À Paris, on a vraiment l’impression que Decaux tire sur la corde pour réduire ses coûts.»

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas