Gênes, 2001: Veltroni découvre les violences policières

À trois semaines des élections, Walter Veltroni vient enfin d'admettre les violences policières du G8 de Gênes en 2001. Alors qu'il s'y était jusqu'ici refusé, le leader du Parti démocrate en Italie s'est fendu d'un appel du pied en direction des électeurs sur sa gauche, en reconnaissant notamment les exactions des carabiniers à la caserne Bolzanetto, où furent amenés et frappés durant plusieurs jours les manifestants interpellés. Des faits depuis longtemps qualifiés de «tortures» par l'autorité…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents