« Intégrer les différences dans une culture commune »

La deuxième session
du « Pari(s)
du vivre ensemble »
a pour thème cette année « École, immigration
et diversité ».
Les explications de Jean-Christophe Attias, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, l’un des initiateurs de cette rencontre.

Pensez-vous que «le vivre-ensemble» puisse s'enseigner sans tomber dans des clichés moralisateurs ? Jean-Christophe Attias : Le problème est de savoir ce que la formule suggère, car elle est désormais accommodée à toutes les sauces. Faut-il en rester à une norme minimale de respect mutuel, de civilité, de cohabitation sans secousses ? À mes yeux, il s'agit de beaucoup plus. Vivre ensemble, c'est d'abord « vivre avec », refuser les ghettoïsations subies ou volontaires, le moule unificateur et castrateur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents