La femme qui pleure

En Chine, où l’on ne plaisante guère avec la tradition des pleureuses, Liu Bingjian fricote avec l’immoralité.

La jeune madame Wang aurait de quoi pleurer. Pour survivre, elle vend des CD et des DVD piratés à Pékin, où elle est mariée à un bon à rien qui dépense l'argent du ménage dans le jeu. Elle récupère même, contre son gré, un enfant abandonné, juste avant que son mari ne soit jeté en prison pour avoir tué, accidentellement, un de ses partenaires. Mais madame Wang ne s'apitoie pas sur son sort. Elle fuit en province, où elle se débarrasse de l'enfant en le plaçant dans une famille, et retrouve son premier…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents