La prudence de Woerth

Échaudé par l'affaire Clearstream, le ministre français du Budget, Éric Woerth, témoigne d'une louable prudence. Il garde toujours sous le coude la précieuse liste de quelque deux cents fraudeurs disposant d'un compte au Liechtenstein. «Ce n'est pas l'annuaire téléphonique» a-t-il commenté, ajoutant, «très pipole», qu'il n'y avait pas là de «noms connus». La somme que représente cette liste d'actifs transférés s'élèverait à près d'un milliard d'euros.
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents