L’Équateur empoisonné

Les Amazoniens réclament réparation à Quito pour les dommages causés par l’extraction du pétrole. Une activité florissante qui profite surtout aux firmes étrangères.

«Voyez, c'est impossible de boire cette eau-là, elle est contaminée. » Fani Cumbicos, une jeune paysanne de Poso Lobo, concession de la société pétrolière française Pérenco, en Amazonie équatorienne, agite un bâton dans une mare végétale. Elle avait l'habitude d'y recueillir son eau de consommation. Mais le bout de son branchage débusque des reflets moirés révélant la présence d'hydrocarbures et de produits chimiques. « Mon fils de 10 ans et mes filles de 8 et 6 ans ont des maux de tête » , se plaint-elle.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents