Lhomme et la DST

On pensait que l'opération menée par la Direction de la surveillance du territoire (DST) le 16mai 2006 avait suffi: perquisition, garde à vue de quinze heures pour Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau sortir du nucléaire, qui avait divulgué un document «confidentiel Défense» révélant que les centrales nucléaires ne résisteraient pas au crash d'un avion de ligne. Il n'en est rien. Lhomme, qui vient d'être convoqué par la DST, risque cinq ans de prison et 75000 euros d'amende pour la détention de ce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

La bataille de l’information

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents