L’invitation

Bernard Langlois  • 27 mars 2008 abonné·es

On sait que les récentes élections espagnoles, qui ont vu la victoire du sortant (« socialiste ») Zapatero, ont été endeuillées par un attentat de l'ETA contre un ancien élu (« socialiste ») basque. On a beaucoup entendu alors sur nos antennes ce commentaire : « ETA s'invite dans la campagne électorale. »

Je me suis alors dit in petto : si l'on ne veut pas qu' « ETA s'invite » , à sa manière indiscutablement brutale, le mieux serait peut-être « qu'on l'invite » ; comprenez : que le parti qui l'exprime ( « la vitrine légale » , comme on dit), Batasuna, qui a dans un passé récent largement prouvé sa représentativité (il a pesé jusqu'à près de 20 % du corps électoral basque), ne soit pas interdit d'expression et de suffrage, comme c'est le cas depuis plusieurs années. Les Basques ne sont pas gens commodes. Ils forment un peuple, réparti des deux côtés des Pyrénées (quatre provinces en Espagne, trois en France), qui a de tout temps revendiqué son identité et refusé de se reconnaître dans

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 10 minutes