Sous pression

L’exposition « Les Inquiets », au centre Pompidou, réunit cinq artistes
du Proche-Orient qui font entrer l’histoire, c’est-à-dire la violence et la guerre, dans leurs œuvres.

Les artistes du Proche-Orient sont dans l'actualité française. Hasard du calendrier, le Salon du livre, qui ouvre ses portes le 13 mars, invite cette année des écrivains israéliens (voir Politis la semaine prochaine) ; une pièce libanaise est jouée à Paris ; enfin, une exposition vient d'ouvrir au Centre Pompidou, qui réunit cinq artistes de la jeune génération (nés autour de 1970). Rabih Mroué et Akram Zaatari sont libanais ; Omer Fast et Yael Bartana, israéliens ; et Ahlama Shibli, palestinienne. Ces…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents