Chien et loup

Tariq Teguia donne corps au brouillard qui écrase deux jeunes gens dans l’Algérie des années 1990.

À Tanger, on les appelle «les brûleurs», parce qu'ils sont prêts à brûler leur vie pour gagner l'Europe paradis. Que se passe-t-il avant ? Pourquoi veulent-ils partir ? Qu'est-ce qui les pousse, au quotidien, à tout risquer pour une installation dans un ailleurs qu'ils savent d'avance inhospitalier ? « Salut, épervier du colonialisme ! » lance Kamel à Zina, dans une rue d'Alger, au début de Rome plutôt que vous . « Salut, graine de terroriste ! » , riposte la jeune fille, qui part travailler tandis qu'il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents