De l'utilisation frauduleuse des cartes de fidélité dans la grande distribution

La récente alerte à l'intoxication alimentaire dans deux chaînes de supermarchés révèle une bien curieuse gestion des données collectées par les cartes de fidélité proposées aux consommateurs. Claude-Marie Vadrot décrypte le phénomène pour Politis.fr.

La découverte d’Escherichia coli dans 2 300 kilos de viande commercialisée par Carrefour et Monoprix n’est pas à traiter à la légère. D’abord parce que la dissémination de ce type de bactéries dangereuses pour la santé n’est pas une première et qu’elle a même tendance à se multiplier en raison de l’intensification, de l’industrialisation et de l’automatisation de la préparation des aliments et produits vendus en grande surface. Mais, les conséquences de la distribution de ces 13 000 morceaux de viande…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents