Des réservistes pas chers

Claude-Marie Vadrot  • 17 avril 2008 abonné·es

Il se passe de drôles de choses dans les rectorats de France. Il y a quelques semaines, parvenait de Bretagne l’information selon laquelle trois centsenseignants retraités du primaire allaient être rappelés pour boucher les trous. Pour remplacer, ne rigolez pas, les professeurs des écoles partant à la retraite. Vous avez bien suivi? On va chercher des enseignants à la retraite pour qu’ils enseignent à la place de ceux qui partent à la retraite et que l’on ne remplace pas par des jeunes, rigueur oblige. Alors, demande le naïf, où est l’intérêt? Simple: ils sont payés en vacation sur des fonds rectoraux, ce qui coûte beaucoup moins cher à l’État, y compris en cotisations sociales. Donc, la Sécu-MGEN, la mutuelle hybride qui gère la couverture maladie des enseignants, reçoit moins d’argent. En Bretagne, finalement, ce sont cinq ou sixenseignants qui sont entrés, volontairement, en retraite laborieuse.

Il n’y aurait donc pas de quoi fouetter un ministre si nous n’avions pas découvert que tous les rectorats de France et de Navarre ont reçu instruction de recenser les enseignants encore aptes au service. Ils sont souvent contactés un par un pour dire si oui ou non, le cas échéant, ils accepteraient de reprendre le collier. Proposition que l’on peut résumer par «travailler un peu plus pour gagner moins qu’avant» mais en plus de la retraite, évidemment.

L’opération «main basse sur les retraités», menée en toute discrétion, ne concerne pas seulement les professeurs des écoles mais également les enseignants du secondaire. Cette recension des bonnes volontés, qui paraît soigneusement organisée à l’écart des syndicats, vise à constituer une «task-force» pour faire face au manque d’enseignants entraîné par la politique de rigueur contre laquelle les lycéens manifestent encore cette semaine. Les calculs menés par un service du ministère de l’Éducation nationale font apparaître que le recours à plus d’un millier de retraités représenterait une économie de 60% par rapport à des enseignants statutaires. D’où la poursuite de la diminution du nombre des postes mis en concours au Capes, qui se déroule dans quelques semaines.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Pride des banlieues : « Le RN au pouvoir, c’est notre mort »
Reportage 24 juin 2024

Pride des banlieues : « Le RN au pouvoir, c’est notre mort »

Samedi 22 juin, 15 000 personnes ont marché lors de la Pride des banlieues à La Courneuve. Face à la menace que représente l’extrême droite, les participant.es ont exprimé leurs profondes inquiétudes mais aussi leur détermination à lutter ensemble quoiqu’il advienne. Reportage.
Par Pauline Migevant
Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney