Lady Jane ou le froid de l’oubli

Quinzième film de Robert Guédiguian, « Lady Jane » est un polar impressionnant d’une noirceur radicale, où le thème de la vengeance
est emblématique d’un monde en perte de sens et d’humanité.

Se souvient-on d'un temps où l'on taxait le cinéma de Robert Guédiguian d' «~angélisme~» ~? Quand celui-ci réalisait ses « contes de l'Estaque » ­ Marius et Jeannette , À la place du coeur ... ­ que ne lui a-t-on reproché sa vision édulcorée, saint-sulpicienne de la classe ouvrière. C'était faire fi du travail de stylisation qui marque son oeuvre, et de quelques-uns de ses premiers films, Ki lo sa~? ou Dieu vomit les tièdes , dominés par le sentiment d'échec de personnages inadaptés, aux espoirs envolés.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents