Malade ? Et puis quoi encore !

Les employeurs font de plus en plus souvent appel à des organismes privés pour contrôler leurs salariés en arrêt maladie. Les syndicats s’inquiètent des dérives et des abus de ce système.

Les demandes ont explosé. Et les entreprises de contre-visites médicales patronales sont en pleine santé. « En moyenne, notre croissance atteint 20 % par an » , se félicite Michèle Laporte, fondatrice de Medicat Partner. Cette société ainsi que Syneance, Contre-visite Médicale, Mediverif, Sogirec, Securex, engagées dans une concurrence effrénée, proposent le même service. Moyennant une centaine d'euros, l'employeur n'a qu'à remplir un formulaire mis en ligne par l'un de ces prestataires, précisant le nom…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.