Signal d’urgence

Nick Cave and The Bad Seeds publient un quatorzième album frontal et jaillissant, peut-être inspiré par la musique créée pour le film « l’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford ».

Il y a tout juste un an, Nick Cave débauchait trois des Bad Seeds pour une escapade fracassante, tonitruante et gueularde sous le nom de Grinderman. Comme une rupture avec le romantisme noir parfois emphatique des albums précédents. « Grinderman a été une sorte de bombe au milieu des Bad Seeds. C'était comme revenir vers sa femme pour lui dire qu'on a pris une maîtresse. Ça peut faire des dégâts, mais ça peut aussi être très positif. Et je crois que ça l'a été. » L'un des effets de cette escapade est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents