Surveillés de près

Dans la province du Qinghai, voisine du Tibet interdit aux journalistes, des Tibétains tentent de déjouer l’oppression chinoise. Malgré l’intensité du contrôle militaire et le manque d’informations. Reportage.

Éric Drouot  • 3 avril 2008 abonné·es
Surveillés de près
© *Les noms ont été modifiés.

Au téléphone, Tsangpo* s'excuserait presque de devoir faire vite. « Je n'ai pas le temps. Je suis sur écoute. » Ses mots fusent : « La région est entièrement bouclée. Il y a des policiers et des militaires partout. Ce week-end, ils ont embarqué des gens de mon village, dans le Gansu... Il n'y a rien à faire. Trop de contrôles, trop de fouilles. Je ne peux aller nulle part. On est bloqués. Dites-le, écrivez-le... Je vous rappellerai. »

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes