Tribune / Le parti pris de l'étranger

SDF, sans-papiers, toxicomanes, chômeurs... il est de la responsabilité et du devoir du médecin, libéral ou hospitalier, de recevoir tous les patients, rappelle Georges Federmann. Et de lutter contre le réflexe qui consiste à renvoyer certains vers les urgences ou les praticiens bénévoles.

« IL N'Y A PAS D'URGENCE mais des médecins pressés », a-t-on coutume de dire pour décrire l’exercice médical. C’est vérifiable pour l’immense majorité des consultations. Mais comment faire pour accueillir, au cabinet, en médecin de famille, « en continu », les patients marginalisés, pas toujours solvables, comme les SDF ou les « sans-papiers », qui ne bénéficient pas nécessairement de la CMU ou de l’AME ? Il s’agit alors notamment de repérer leur inscription dans un rapport au temps qui leur est propre et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.