Une mine de pollution

Dans le désert du nord chilien d’Atacama, un site d’extraction
de cuivre produit en permanence un nuage de poussière toxique, menaçant les Indiens de la région. Reportage de Claude-Marie Vadrot.

Ouverte dans les années 1920, près de Calama, dans le désert du nord chilien d’Atacama, la mine de cuivre de Chuquicamata est aujourd’hui la plus grande du monde. Sur les bords de la mine, le vertige saisit, car les camions de cent tonnes qui évacuent le minerai mettent plus d’une heure à serpenter le long de ses parois qui plongent à plus de 500 mètres de la surface. Une immense cuvette à ciel ouvert qui dégage en permanence des nuages de poussière à quelques centaines de mètres d’une ville minière…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.