Barbouzerie

D’octobre 2007 à janvier 2008 au moins, la vie d’Olivier Besancenot a été épiée, disséquée, mise en fiches par une officine de renseignement privée, a révélé lundi l’Express sur son site Internet. Non sans suggérer que « l’affaire trouverait son origine dans le contentieux opposant » le porte-parole de la LCR « à la société SMP Technologies » , qui distribue le pistolet à impulsion électrique Taser. La LCR a aussitôt décidé de porter plainte contre X pour violation de vie privée.
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.