Bové et son peuple

Georges Bartoli et Thierry Baffou ont suivi José Bové durant toute sa campagne présidentielle. Un album de photos restitue cette aventure.

Patrick Piro  • 8 mai 2008 abonné·es

On a quelques prudences face aux compilations de souvenirs d’anciens combattants. Elles lorgnent souvent vers l’album de famille, manière d’entretenir les nostalgies qui font exister. Alors pourquoi un carnet de campagne électorale, fût-ce de José Bové ? Pour garder une trace visuelle de quatre mois d’aventure singulière ? Bové n’était pas partant : à quoi bon réchauffer la tambouille… Georges Bartoli et Thierry Baffou, qui l’ont suivi presque jour et nuit, ont rapidement perçu qu’il se passait quelque chose. Ils l’ont finalement convaincu qu’il y avait à raconter sur « cette France là… » que le candidat à la présidentielle a voulu rencontrer et représenter dans les urnes. Ils ont eu raison.

Bartoli, photographe et militant – un vrai sensible – a un talent évident pour l’imagerie sociale. Qui éclate à chaque page de cet album de photos. À part trois ou quatre d’entre elles, aucune n’a été publiée dans la presse. C’est donc un document original, au sens propre du terme, mais pas seulement.
D’abord, parce que ce livre évite le piège de la collection d’images d’actualité, relation à chaud d’une campagne et de ses urgences. À touches subtiles et percutantes, il dessine un portrait désirable, celui d’un peuple mêlé de militants et de citoyens portant l’espoir. Certes, on connaît la fin de l’histoire, et le résultat décevant du candidat altermondialiste. Mais il y a lieu de croire, suggèrent leur juxtaposition et l’œil de Georges Bartoli, que tous ces regards tendus, ces mains brandies, ces mines convaincues n’auront pas le caractère éphémère des soirées électorales. On devrait les revoir…

Ensuite, il y a Bové. Très présent, bien sûr, mais pas trop. Le politique a accepté que le photographe le montre dans son humanité et avec ce qu’il faut de distance, c’est rare. Ces deux-là se connaissent suffisamment pour pouvoir se dire les choses. José, une gueule et plus encore un profil, comme le révèle la couverture, convivial par nature, parfois risible. Et conservant une certaine sincérité dans l’adversité, comme sur cette photo où il pose, un peu dérisoire, avec l’écharpe d’élu de son directeur de campagne, Jacques Perreux, au milieu d’une avenue parisienne, le soir du 22 avril, « après les résultats ».
Il faut aussi saluer la belle efficacité de la mise en pages de Thierry Baffou, secrétaire de campagne de Bové. Et signaler la petite maison d’édition Goutte de sable, que cet agriculteur a cofondée en 2005. Dédiée à l’écologie pratique et aux questions sociales, elle imprime sur papier recyclé, localement, et incite les libraires à regrouper leurs commandes pour limiter l’impact des transports.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés
Intersections 21 mai 2024

« Un p’tit truc en plus » : une fable pour garder les yeux fermés

Dans le film Un p’tit truc en plus d’Artus, Céline Extenso pointe une dissimulation des violences concrètes que subissent les personnes handicapées, à l’instar de l’institutionnalisation.
Par Céline Extenso
L’empire qui ne veut pas mourir
Histoire 21 mai 2024 abonné·es

L’empire qui ne veut pas mourir

Dans La Malédiction de la muscade, le romancier et essayiste indien Amitav Ghosh retrace l’emprise de l’Occident sur le monde, depuis ses racines issues de la colonisation européenne jusqu’aux désastres écologiques en cours. Un périple traversant les frontières géographiques, temporelles et anthropologiques.  
Par François Rulier
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas
Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 
Entretien 15 mai 2024 libéré

Judith Godrèche : « Je sais que ma vérité est imparable » 

Moi aussi : c’est le nom du court-métrage que présente l’actrice et réalisatrice Judith Godrèche au festival de Cannes, ce mercredi. Un projet où l’on suit un millier de personnes ayant répondu à son appel à témoignages. Pour Politis, elle revient sur cette initiative et raconte l’intimité de son combat contre les violences sexistes et sexuelles.
Par Pauline Migevant