Conte de Noël : Dans le confort des mauvais sentiments

Dans « Conte de Noël », Arnaud Desplechin met en scène une famille toujours minée par la mort précoce du fils aîné. Si le film ne manque pas de brio, il ne parvient pas à la hauteur de ses intentions.

Christophe Kantcheff  • 22 mai 2008 abonné·es

On ne peut reprocher à Arnaud Desplechin de manquer d’ambition, ni de ne pas croire dans l’efficacité esthétique de son art. Conte de Noël , comme la plupart des films de Desplechin, n’avance pas en terrain balisé. Il relève de la tentative de produire un langage singulier, ce qui n’est pas si courant pour ne pas être salué. Et avec une confiance telle dans les moyens qu’il met en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes