De faibles condamnations

La Ligue de défense juive a commis de nombreuses agressions, notamment à Paris. Nous rappelons ici qu’en trois circonstances particulièrement graves les coupables n’ont pas été arrêtés, ou ont été jugés et condamnés à de faibles peines, le plus souvent avec sursis.

Le 7 avril 2002, lors d’une manifestation du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) « contre le terrorisme et l’antisémitisme, avec Israël, pour la paix et sa sécurité » , qui a rassemblé plus de 50 000 personnes à Paris, un commissaire de police a été grièvement blessé à l’arme blanche. L’auteur présumé serait un extrémiste pro-israélien du Betar ou de la LDJ, selon divers témoins. Le ministre de l’Intérieur, Daniel Vaillant, a réaffirmé son « entier soutien aux forces de police…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.