Des luttes pour les publics

Eugène Andréanszky, délégué général des Enfants de cinéma, très impliqués dans la sauvegarde de l’action culturelle, déplore le hiatus entre les discours gouvernementaux et la réalité, faite de coupes budgétaires et de difficultés.

Eugène Andréansky est délégué général des Enfants de cinéma, association missionnée pour mener à bien le dispositif École et cinéma. Les Enfants de cinéma sont partie prenante du Collectif national de l’action culturelle cinématographique et audiovisuelle, constitué en début d’année contre les coupes budgétaires, collectif lui-même impliqué dans Sauvons la culture !, qui réunit l’ensemble des champs artistiques. L’ouverture du Festival de Cannes est une bonne occasion pour faire le point sur ces…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents