Éléments de couacologie

Après le «bling-bling», la mode médiatique est passée à la dénonciation des couacs gouvernementaux. Sarkozy a lui-même reconnu des erreurs de communication et il vient de nommer un délégué interministériel à la Communication. Tout cela est évidemment assez dérisoire, et il serait temps de procéder à une analyse matérialiste du couac. Car il ne s’agit pas de maladresses, mais de symptômes du fait que Sarkozy et son gouvernement sont dans une véritable impasse. Tout peut se ramener à cette équation…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.