La musique prend des airs équitables

Pourrait-on appliquer au marché du disque certains principes
du commerce équitable, comme la « juste » rétribution des artistes ? Un livre et un festival posent la question et suggèrent des pistes.

Philippe Chibani-Jacquot  • 15 mai 2008 abonné·es

À ceux pour qui la musique équitable n’évoquerait que la dernière tendance de la world music, François Mauger [^2] expose le contexte en quelques chiffres : «Sur un CD à 17~euros, l’interprète touche 0,8~euro. Le deuxième vendeur de disques en France, derrière la Fnac, c’est Carrefour. Et quatre maisons de production (les majors Universal, Sony BMG, EMI et Warner music) se partagent 80% de parts de marché.»

Les Ogres de Barback apportent leur concours à une réflexion sur la musique équitable. DR

Résultat, ces majors ne jouent plus leur rôle de producteur d’artistes différents et différenciés, pour ne penser que rentabilité, et laissent ce travail aux labels indépendants, obligés de serrer au maximum les coûts de leur investissement. En bout de chaîne, le musicien, le producteur de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes