Des arabesques dans la voix

Deux chanteuses renouvellent la musique arabo-andalouse de Constantine et d’Alger.

La musique qualifiée d’arabo-andalouse est considérée comme la musique classique du Maghreb, Libye incluse, mais son influence se fait sentir sur tout le pourtour oriental du bassin méditerranéen, jusqu’en Turquie. Ses origines remontent aux royaumes arabes de la péninsule ibérique, d’où son nom. Elle aurait été mise en forme à la fin du IXe siècle par un esclave affranchi originaire de Bagdad, Ziryâb. Après 1492, elle s’enracine au Maroc, en Algérie et en Tunisie, où elle se diversifie en plusieurs écoles…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.