La dernière heure des trente-cinq heures

Présenté le 18 juin en Conseil des ministres, le projet de loi modifiant
la représentativité syndicale vise aussi à déréglementer le temps
de travail. Comment en est-on arrivé là ? Explications.

Thierry Brun  et  Pauline Graulle  • 19 juin 2008 abonné·es

La fin des 35~heures est programmée pour les mois qui viennent. Nicolas Sarkozy, dont l’engagement électoral est de «sortir du carcan des 35~heures» , et adepte du «travailler plus» , y a trouvé sa cohérence idéologique. Il s’agit d’effacer l’idée, quel qu’en soit le prix, de réduction de la durée du travail, qui est, depuis ses débuts, l’un des enjeux essentiels des combats menés par le syndicalisme et par la gauche, pour améliorer la condition des travailleurs.

Le gouvernement profite symboliquement d’un projet de loi remodelant la représentativité syndicale, facteur de divisions syndicales, pour mettre en œuvre une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes