« Les mobilisations n’arrivent pas à s’unifier pour peser »

Selon le sociologue Lilian Mathieu*, le manque d’efficacité des stratégies syndicales et la précarisation des travailleurs freinent le développement d’un mouvement d’ampleur contre les réformes sarkozystes.

Pauline Graulle  • 26 juin 2008 abonné·es

Y a-t-il selon vous une montée en puissance de la conflictualité en France ?

Lilian Mathieu : Depuis un an, on assiste à une multiplication des conflits sociaux. Dans la Fonction publique mais aussi dans le privé, avec les pêcheurs ou les transporteurs routiers… Chaque jour, il y a des protestations, ici contre la fermeture d’un hôpital, là contre la disparition d’une unité militaire ou d’un conseil des prud’hommes. Comme très peu de secteurs sont à l’abri des réformes, la conflictualité sociale est très forte.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes