« Les mobilisations n’arrivent pas à s’unifier pour peser »

Selon le sociologue Lilian Mathieu*, le manque d’efficacité des stratégies syndicales et la précarisation des travailleurs freinent le développement d’un mouvement d’ampleur contre les réformes sarkozystes.

Y a-t-il selon vous une montée en puissance de la conflictualité en France ? Lilian Mathieu : Depuis un an, on assiste à une multiplication des conflits sociaux. Dans la Fonction publique mais aussi dans le privé, avec les pêcheurs ou les transporteurs routiers… Chaque jour, il y a des protestations, ici contre la fermeture d’un hôpital, là contre la disparition d’une unité militaire ou d’un conseil des prud’hommes. Comme très peu de secteurs sont à l’abri des réformes, la conflictualité sociale est très…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.