Pollack

«Quand vous faites une carrière comme la mienne, qui est si étroitement liée aux studios et au star-system, vous pouvez vous demander s’il ne faut pas tout laisser tomber et tourner des films plus personnels avec des gens moins connus. Mais je crois que j’ai trompé tout le monde, j’ai fait des films personnels tout au long de ma vie, mais sous une forme différente.» C’est signé Sydney Pollack (1934-26~mai~2008), auteur d’ On achève bien les chevaux (1969), Jeremiah Johnson (1972) et Tootsie (1982).
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents