Une éthique du regard

Dans « Morte-saison sur la ficelle », Marie Didier compose des récits vifs et coupants qui lient humanité et lucidité.

Marie Didier a publié en 2006 un livre magnifique, Dans la nuit de Bicêtre (chez Gallimard, voir Politis n° 895 ). Elle y sortait de l’ombre la figure de Jean-Baptiste Pussin, oublié par la postérité, pourtant à l’initiative d’innovations humanisant le traitement des aliénés à la fin du XVIIIe siècle. Un livre qui ressuscitait aussi le peuple de Bicêtre, les pauvres, les prisonniers, les « insensés »…, et que l’auteur dédiait « à ceux qui n’ont pas la parole ». La dédicace de son nouveau livre,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents