Une politique en flammes

Ingrid Merckx  • 26 juin 2008 abonné·es

Le feu couvait. Depuis décembre, les alertes se multipliaient dans les centres de rétention (CRA), entre mouvement de protestation et répression. Dans son rapport 2007 sur les CRA, publié le 24~avril, la Cimade dénonçait une aggravation des conditions de rétention et évoquait des automutilations, des tentatives de suicide et des incendies «quasi quotidiens», ainsi que l’enfermement de malades, vieillards, enfants, femmes enceintes… «Une situation sous tension avec des incidents répétés pouvant déboucher sur des incidents graves», avertissait l’association. Deux événements ont fait figure d’étincelles : les déclarations du ministre de l’Immigration, Brice Hortefeux, qui s’est félicité, le 19~juin, d’une augmentation de 80~% des expulsions d’étrangers en cinq mois. Et la mort dans des circonstances non élucidées d’un ressortissant Tunisien au CRA de Vincennes, le 21~juin. Résultat : le feu a pris, au sens propre.

Le 22~juin, un incendie allumé par des retenus a détruit les deux bâtiments du centre. Les retenus ont été transférés ailleurs. 18, intoxiqués par les fumées, ont été hospitalisés. Le 23~juin, un retenu manquait à l’appel, et non cinquante comme l’avait annoncé un premier comptage un peu rapide… Si l’incendie (réel) a été stoppé, la polémique flambe. Le porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre, s’en est pris aux défenseurs des sans-papiers : «Il n’est pas tolérable que des “collectifs”, type RESF, viennent faire des provocations aux abords de ces centres au risque de mettre en danger des étrangers retenus», a-t-il déclaré. «L’explication aux événements d’hier à Vincennes est là, dans le désespoir total de chacun des enfermés et dans la concentration du malheur dans une centaine de cellules», a rétorqué RESF. La Cimade a organisé une conférence de presse le 24~juin pour revenir sur le contexte politique du drame et «les conséquences d’une politique du chiffre en matière d’expulsion». Car, avec les murs de Vincennes, c’est bien cette politique du chiffre qui brûle. Reste à savoir si le gouvernement va continuer à attiser la peur des sans-papiers. Ou prendre ses responsabilités.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Géraldine, trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »
Reportage 17 juillet 2024 abonné·es

Géraldine, trans et travailleuse du sexe « a été tuée, et demain, ça pourrait être moi »

Au rassemblement organisé le 16 juillet à Paris, les personnes trans proches de Géraldine, 30 ans, tuée dans la nuit du 8 au 9 juillet, ont témoigné des violences et des propos transphobes qu’elles subissent au quotidien.
Par Hugo Boursier
Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre