Des cités obscures aux cités vertes

Phalanstère, villes labyrinthiques ou changeant de forme la nuit, écovilles… La ville du futur cristallise les utopies, rêves et cauchemars. À quoi ressemblera vraiment le post-urbain ?

Paris, avril 1998. Le salon de l’Hôtel de Ville accueille l’exposition « C’était l’an 2000. Le Paris des utopies ». Un ­ensemble d’œuvres d’architectes, de dessinateurs, d’artistes, de cinéastes qui, depuis la moitié du XIXe siècle, ont tenté d’imaginer Paris en l’an 2000. Des projets plus ou moins utopiques, mais jamais réalisés puisque « délibérément situés dans un avenir incertain » , précisait le programme. « On y trouve ainsi le plan Voisin de Le Corbusier ou la tour Lumière cybernétique de Nicolas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents