« Ils sont les piliers de l’agriculture »

Chaque année, les Bouches-du-Rhône accueillent 4 000 ouvriers agricoles saisonniers étrangers. Leurs conditions de travail sont inacceptables, estime Louis Breton, du Codetras*.

Pourquoi a-t-on recours aux travailleurs saisonniers étrangers dans l’agriculture ? Louis Breton : C’est grâce à eux qu’il existe encore dans ce département une agriculture compétitive dans le secteur des fruits et des légumes, mais les conditions dans lesquelles ils travaillent sont scandaleuses. Ces travailleurs immigrés sont les piliers de la culture intensive. Sous l’effet du libre-échange, certains produits sont aujourd’hui disponibles toute l’année. Ils proviennent d’Italie, du sud de l’Espagne et du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.